regtech

Comment les RegTech peuvent-elles aider les services financiers dans leurs communications numériques ?

La dernière décennie a été marquée par un changement radical dans le secteur des services financiers, qui a adopté des capacités de communication numérique avancées. Des plateformes sophistiquées, telles que des sites web d’entreprise riches en contenu, sont désormais indispensables, même pour les acteurs les plus établis.

Mais l’empreinte numérique croissante des entités de services financiers est une arme à double tranchant, les régulateurs imposant des règles de promotion financière et de tenue de registres de plus en plus strictes et en constante évolution dans l’ensemble du secteur afin d’améliorer la transparence et la responsabilité.

Tout comme dans l’ensemble de l’économie et d’autres secteurs, c’est la technologie qui pourrait offrir une solution aux entreprises, les solutions de technologie réglementaire ou « RegTech » apparaissant comme un outil précieux pour aider les entreprises de services financiers à rester conformes aux communications numériques.

Les communications numériques offrent des opportunités, mais ont aussi des implications en matière de conformité

La technologie a radicalement changé la façon dont les entreprises de services financiers communiquent aujourd’hui, en partie grâce à l’émergence de challengers FinTech qui ont attiré l’attention par la commodité de leurs offres numériques. Cette évolution s’explique par le potentiel des canaux de communication en ligne pour la collecte de données sur l’engagement, ce qui permet aux FinTechs et aux institutions établies de mieux comprendre les besoins actuels et futurs des clients.

La pandémie de COVID-19 a accru la dépendance à l’égard de ces canaux de communication, car les clients se tournent vers les sociétés de services financiers pour obtenir des assurances et des mises à jour régulières sur la sécurité de leurs investissements, de leurs pensions ou d’autres intérêts, malgré une volatilité économique importante.

Cependant, pour les entreprises réglementées, l’utilisation de ces canaux a des implications en termes de conformité, MIFID II stipulant des règles strictes en matière d’enregistrement, tandis que la FCA applique des réglementations strictes en matière de promotion financière. En effet, la FCA a notamment infligé une amende de 70 000 £ à une société de gestion des sinistres en décembre 2019 pour avoir induit les consommateurs en erreur par le biais de ses sites Web et de ses documents imprimés.

L’étendue de ces réglementations et leur incidence sur toutes les communications numériques des entreprises de services financiers est considérable. Par exemple, si une société de conseil financier décide d’organiser un livestream sur Facebook sur les impacts économiques de la crise, est-il clairement indiqué que le contenu de ce livestream n’est pas un conseil financier ? Si une banque tweete des informations sur la façon dont elle supervise les garanties hypothécaires pendant la crise, le langage est-il suffisamment clair sans devenir trompeur pour un public de particuliers ? Et lorsqu’il s’agit de mises à jour sur les investissements, les entreprises affichent-elles équitablement leurs performances, en tenant compte d’un indice de référence approprié et du délai requis ?

Le défi reste donc le suivant : comment les sociétés de services financiers peuvent-elles communiquer de manière efficace et efficiente tout en restant conformes ?

La RegTech peut aider

Depuis le début de la décennie, les entreprises RegTech ont utilisé les dernières technologies pour aider les entreprises à améliorer leur capacité à se conformer à ce large éventail de pressions réglementaires et leur soutien a vu les investissements dans le secteur augmenter de manière significative. En effet, selon MarketsandMarkets, l’industrie RegTech devrait passer de 6,3 milliards de dollars US en 2020 à 16,0 milliards de dollars US en 2025.

La croissance de ce secteur va de pair avec le nombre croissant de réglementations avec lesquelles les entreprises de services financiers doivent se débattre, ainsi qu’avec une propension croissante des régulateurs à les faire appliquer. En effet, les amendes émises par la FCA en 2019 ont grimpé en flèche pour atteindre 391,8 millions de livres sterling, soit une augmentation déclarée de plus de 550 %. Comme il est certain que de nouvelles réglementations verront le jour, avec la MiFID II en cours de révision et l’annonce de la MiFID III qui approche à grands pas, la pression pour se conformer augmente.

Il n’est donc guère surprenant que les dépenses consacrées aux solutions RegTech soient en hausse. Les chiffres de Juniper Research indiquent que les dépenses dans ce secteur pourraient atteindre 127 milliards de dollars au niveau mondial d’ici 2024, car les entreprises recherchent de plus en plus un soutien pour les aider à gérer les charges de conformité.

Notre propre plateforme chez MirrorWeb n’est qu’un exemple des entités du secteur RegTech qui aident de plus en plus les entreprises de services financiers à faire face à la surveillance accrue des régulateurs. Dans notre cas, nous aidons les entreprises à capturer des enregistrements immuables de leurs sites web et de leurs canaux en ligne, ce qui leur permet de garder la trace de toute infraction potentielle à la réglementation et de prouver ce qui a été publié et quand.

Les communications numériques représentent donc une opportunité, mais aussi un défi pour les entreprises réglementées. L’affirmation des régulateurs dans l’application de la conformité dans ce domaine est en hausse, de sorte que les entreprises de services financiers doivent assurer une solution de conformité à long terme. Le secteur de la technologie réglementaire est un allié en pleine expansion pour le secteur des services financiers – un allié qui aide ces entreprises à tirer parti des avantages de la communication numérique avancée, tout en assurant la conformité avec une réglementation en évolution rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.